WIKIPHIDIAS - ENCYCLOPEDIE DES SCULPTEURS FRANCAIS

.... la passion de la sculpture...

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Richier Ligier

Imprimer

Synthèse
Oeuvres
Galerie des oeuvres







Synthèse

Calvaire. Ligier Richier
Le Calvaire.
Briey, Eglise paroissial Saint Gengoult.

Sculpteur français (né à Saint Mihiel (Meuse) en 1500, décédé à Genève en 1567), dont on trouve les premières traces vers 1523, dans l’église d'Hattonchâtel (Meuse) avec la réalisation du retable de l’autel (composé de trois volets : le Portement de croix, le Calvaire, la Mise au tombeau).

Auparavant, il aurait vers ses vingt ans, participé à la réalisation de la Vierge de Génicourt (église de Génicourt-sur-Meuse), dans l’atelier d’un maître lorrain.

A la même époque, il exécute le Calvaire dans l’église Saint Etienne de Bar-le-Duc qui représente le Christ en croix entre deux larrons sur leur potence, la Vierge, Saint Jean et Marie-Madeleine éplorée.

Vers 1528, il exécute une Piéta (ou Bon Dieu de Pitié) pour l’église Saint Martin à Etain, œuvre primitivement destiné à un monument funéraire.

Il réalise ensuite une autre Piéta, celle-ci en terre cuite, toujours pour l’église d'Hattonchâtel (vers 1530).

On retrouve Richier, vers 1531, pour l’exécution d’un Calvaire, en bois de noyer, œuvre détruite dont il reste la tête du Christ et les statues de la Vierge et de Saint Jean. La Tête du Christ est au Louvre ; la Vierge avec Saint Jean est dans l’église de Saint Michel, à Saint-Mihiel (ce dernier ensemble est appelé la Pamoison de la Vierge). Il est aussi l’auteur du Calvaire de l’église paroissiale Saint Gengoult à Briey.

En 1544, la veuve de René de Chalon, prince d'Orange, commande à Richier un mausolée pour honorer son mari. Richier exécute une statue appelée l'Ecorché ou le Squelette ou le Transi qui se dresse aujourd’hui dans l'église Saint Etienne de Bar-le-Duc. Elle était placée primitivement dans la chapelle des Princes de Bar-le-Duc.

Il est l’auteur du Gisant de Philippe de Gueldre, deuxième femme de René II, installé aujourd’hui, dans l’église des Cordeliers à Nancy, L’œuvre réalisée avec plusieurs matériaux : les mains et le visage sont de marbre blanc, la robe est de marbre noir, le manteau de marbre gris.

Il exécute aussi le tombeau de René de Beauvau et de Claude de Baudoche, sa femme, élevé à sa création dans l'église de Noviant-aux-Prés (Meurthe et Moselle).

Richier entreprend un ouvrage considérable qui lui prendra plus dix années, commencé en 1553 et terminée à sa mort, le Sépulcre ou Mise au tombeau de l'église Saint Etienne, à Saint-Mihiel. Il se compose d'un groupe de treize personnages en pierre calcaire de la Meuse, grandeur nature. L’œuvre est toujours dans l’église de Saint Etienne.

Dans son travail, Richier fut parfois aidé par ses deux frères, Claude et Jean (ils pourraient avoir terminé la Mise au Tombeau). Il est le premier d’une lignée de sculpteur, son fils Gérard, ses trois petit fils Jean, Joseph, Jacob Richier, son petit neveu Jean, sont aussi sculpteurs.

Ligier Richier est un grand sculpteur Lorrain de la Renaissance et son œuvre est essentiellement d’inspiration religieuse. Son travail de la pierre est novateur : il utilise un procédé de polissage à la cire qui donne au calcaire de la Meuse l'apparence du marbre.

Richier, converti au protestantisme, est forcé de quitter la France et se réfugie à Genève en 1564 où il reste jusqu’à sa mort.

 

Œuvres

Retable. Portement de croix, le Calvaire, la Mise au tombeau. Vigneulles-lès-Hattonchâtel. Eglise de Hattonchâtel. 1523.

Pieta (ou Bon Dieu de Pitié). (Primitivement destinée à un monument funéraire). Etain (Meuse), Eglise Saint-Martin. 1528.

Calvaire. Bar-le-Duc, Eglise Saint Etienne.

Sainte Madeleine ou La femme au bonnet. Calvaire. Clermont-en-Argonne (Meuse), Eglise paroissiale Saint-Didier. (Chapelle Sainte-Anne).

Tête de Christ couronné d'épines. (Elément d’un groupe détruit, le Calvaire). Musée du Louvre.

La Pamoison de la Vierge. (élément d’un groupe détruit, le Calvaire). Saint-Mihiel, Eglise Saint Michel. Vers 1531 (?).

Ecorché (Transi ou Squelette). (Œuvre qui surmonte le Mausolée du coeur de René de Châlons.). Bar-le-Duc (Meuse), Eglise Saint-Etienne. 1544.

Calvaire. Briey (Meurthe et Moselle), Eglise paroissial Saint Gengoult.

Sépulcre ou Mise au tombeau de l'église. Saint-Mihiel, Eglise de Saint Etienne.

Gisant de Philippe de Gueldre, deuxième femme de René II. Nancy, Eglise des Cordeliers. 1553-1564.

Gisants de René de Beauvau et de Claude de Baudoche. Nancy (Meurthe et Moselle), Eglise des Cordeliers.

Deux enfants en prière. Saint-Mihiel (Meuse), Eglise Saint Michel.

L'Enfant Jésus couché dans sa crèche. (Initialement à Collégiale Saint-Maxe, chapelle des Princes, à Bar-le-Duc (Meuse)). Musée du Louvre.

Saint Jérôme. Musée du Louvre.

La Vierge et l’enfant. (Attribué à Richier). Musée du Louvre.

 

Galerie des oeuvres

Calvaire. Ligier Richier Pamoison. Ligier Richier. Sépulcre. Ligier Richier. L'Ecorché. Ligier Richier.
Le Calvaire.
Briey, Eglise paroissial
Saint Gengoult.


La Pamoison de la
Vierge.

Saint-Mihiel, Eglise
Saint Michel.
La Mise au tombeau.
Saint-Mihiel, Eglise de
Saint Etienne.


L'Ecorché.
Bar-le-Duc, Eglise
Saint-Etienne.


L'Ecorché. D'après Ligier Richier Gisants de Beauvau et Baudoche. Ligier Richier.
L'Ecorché.
D'après Ligier Richier.
Musée de Dijon.
Gisants de Beauvau et
Baudoche, son épouse.

Nancy, Eglise des
Cordeliers.

 

 

Recherche simple

Envoyez vos photos