Wikiphidias - L'Encyclopédie des sculpteurs français

La passion de la sculpture

Synthèse
Les oeuvres
Galerie des oeuvres
- Musée du Louvre
- Palais du Louvre
- France

 






Synthèse

Sculpteur et architecte français (né en 1510 ?, décédé en 1569 ?), Jean Goujon est le plus important des sculpteurs de la première phase de la Renaissance française.

Ses débuts ne sont pas très bien connus, sa date de naissance est incertaine, son lieu de naissance est probablement Rouen ou un ville de Normandie.

Deux Victoires. Jean Goujon.
Deux Victoires couronnant le chiffre du roi.
Palais du Louvre.

C’est à Rouen que l’on trouve des indications sur ses premières œuvres, vers 1540. Il travaille pour l’église Saint Maclou. On lui attribut les deux portes de l’église.

Vers 1541, il collabore aussi à la réalisation du tombeau du Georges II d’Ambroise (pour la cathédrale de Rouen). Et en 1545, il exécute une nouvelle statue de Georges II d’Ambroise (en tenue de cardinal) qui remplace la précédente.

On lui attribut (sans certitude) le monument de Louis de Brézé, sénéchal de Normandie, érigé dans la cathédrale de Rouen, en face du tombeau du cardinal d’Ambroise.

Goujon arrive à Paris vers 1541. Il travaille au jubé de Saint Germain l’Auxerrois, sous la direction de Pierre Lescot. Il y exécute un bas-relief de la Déploration du Christ, quatre Evangiles et plusieurs têtes d’Ange.

Entre 1545 et 1546, Goujon travaille au château d’Ecouen que faisait construire le connétable Anne de Montmorency et il y exécute deux Renommées, deux Anges et une Victoire. On attribut aussi à Goujon, pour l’autel du château, le Sacrifice d’Abraham, le Départ de Phaéton et la Chute de Phaéton avec Poséidon, œuvres aujourd’hui au Château de Chantilly.

En 1547, il travaille à l’hôtel Carnavalet. On lui doit quatre représentations des Saisons, deux Lions, et le fronton de la porte cochère. Durant la même période, il réalise la fontaine des Nymphes, ou la fontaine des Innocents, monument inauguré lors de l’entrée d’Henri II dans Paris, le 16 juin 1549. Une partie des bas-reliefs a été rapatriée au Louvre.

De 1550 à 1553, il travaille au château d’Anet, avec Philippe de l’Orme, où il réalise le portail du château et la décoration des voûtes de la chapelle. Il serait aussi (sans certitude) l’auteur d’une fontaine surmonté d’une Diane au cerf (aujourd’hui au Louvre).

En 1549, il reçoit les commandes pour la décoration extérieure du nouveau Louvre avec comme architecte, Pierre Lescot. Il œuvre sur une longue période pour le Louvre, de 1549 à 1562.

Il est l’auteur dans la grande salle des Antiquités du Louvre, des Cariatides de la tribune des musiciens, des deux figures de la cheminée de la même salle. Il est aussi l’auteur des sculptures de la voûte de l’escalier Henri II.

Il exécute les sculptures extérieures de l’aile Lescot, avec ses compagnons, Pierre et François Lheureux, d’Etienne Carmoy, de Pierre Manyn. Les trois frontons de l’aile Lescot, Deux Victoires couronnant le chiffre du roi, la Paix, la Science, avec les bas-reliefs encadrant les fenêtres du premier étage (Neptune ; Cérès ; Mars ; Bellone ; Archimède ; Euclide), sont réalisés entre 1548 et 1556. Il sculpte, à la même époque, toujours sur la façade Lescot, les trois œils de bœuf (La Guerre et la Paix ; L’Histoire et la Victoire ; La Gloire du roi et la Renommée), bas-reliefs aux drapés fluides qui est l’une des caractéristiques de son art, influencé par l’école italienne

Pour l’aile sud de la cour Carrée, Goujon (ou plutôt l’atelier de Goujon) exécute aussi, à l’image de l’aile Lescot, deux frontons (La Justice ; La Piété, que l’on peut voir aujourd’hui, dans le passage de la colonnade) et quatre bas-reliefs mythologiques (Sacrificateur ; Zaleucus se crevant l’œil ; Cimon et Pero ; Fils du juge prévaricateur, que l’on peut voir dans le Musée). Ces œuvres ont été réalisées probablement entre 1560 et 1562 (et aussi probablement réalisée en partie par Jean Goujon et en partie par l’atelier de Jean Goujon).

Goujon, architecte par ailleurs, contribue à la réalisation de la première traduction du traité d’architecture de Vitruve par Jean Martin, en se chargeant de l’ensemble des illustrations (vers 1547).

La fin de sa vie est mal connue. Protestant, Jean Goujon, sans doute pour échapper à la persécution grandissante, se serait exilé en 1562. Il se serait réfugié en Italie (à Bologne) où il serait mort en 1569.

 

Œuvres

Décoration des portes. Rouen, Eglise Saint Maclou. 1540.

Georges II d’Ambroise. 1541.

Monument de Louis de Brézé, sénéchal de Normandie. Rouen (Seine Maritime), Cathédrale Notre Dame.

Déploration du Christ (ou Notre Dame de Pitié). Musée du Louvre. 1545.

Evangiles. Saint Jean. Saint Marc. Saint Luc. Saint Mathieu. Musée du Louvre. 1545.

Victoires. (Château d’Ecouen) Vers 1547.

Renommées. (Château d’Ecouen). Vers 1547.

Deux Anges. (Château d’Ecouen). Vers 1547.

Le Sacrifice d’Abraham. (Château d’Ecouen) Château de Chantilly. Vers 1547.

Le Départ de Phaéton. (Château d’Ecouen) Château de Chantilly. Vers 1547.

La Chute de Phaéton avec Poséidon sur fond de paysage. (Château d’Ecouen) Château de Chantilly. Vers 1547.

Saisons. Hiver. Automne. Printemps. Eté. Musée Carnavalet. 1547.

Fronton de la porte cochère. Musée Carnavalet. 1547.

Fontaine des Nymphe (Fontaine des Innocents). Nymphes. Tritons et Génies. Paris. 1549.

Nymphe et petit génie monté sur un cheval marin. Musée du Louvre. 1549.

Nymphe de la Seine. Musée du Louvre. 1549.

Nymphe et Triton entourés de deux petits génies. Musée du Louvre. 1549.

Diane au cerf. (Château d’Anet). Musée du Louvre. 1550-1553.

Décoration du portail du château. (Château d’Anet).

Quatre Cariatides. Palais du Louvre.

Voûte de l’escalier Henri II. Palais du Louvre.

Deux Victoires couronnant le chiffre du roi (ou Deux Renommées à la gloire du Roi). Palais du Louvre, Aile Lescot. 1548-1556.

Mars ; Bellone ; Deux Prisonniers. Palais du Louvre, Aile Lescot. 1548-1556.

Science. Palais du Louvre, Aile Lescot. 1548-1556.

Archimède ; Euclide ; Deux Génies de l’étude. Palais du Louvre, Aile Lescot. 1548-1556.

Paix (ou l’Abondance). Palais du Louvre, Aile Lescot. 1548-1556.

Neptune ; Bachus ; Cérès ; Pan. Palais du Louvre, Aile Lescot. 1548-1556.

Trophées d’armes ; Frises d’enfants aux guirlandes ; Têtes de satyre ; Diane entre deux chiens. Palais du Louvre, Aile Lescot. 1548-1556.

Piété. Palais du Louvre, Passage de la Colonnade. 1560-1562.

Justice. Palais du Louvre, Passage de la Colonnade. 1560-1562.

Sacrificateur ; Aide du Sacrificateur ; Fils de Zaleucus se crevant un œil ; Zaleucus se crevant l’œil. Musée du Louvre. Paris, Ecole des Beaux-arts (Copie en pierre). 1560-1562.

Cimon et Pero (ou La Charité romaine) ; Deux Licteurs ; Le Fils du juge prévaricateur (ou La Justice de Cambyse). Musée du Louvre. Paris, Ecole des Beaux-arts (Copie en pierre). 1560-1562.

André Blondel de Rocquencourt (mort en 1558), contrôleur général des Finances. Musée du Louvre.

La Déposition de la Croix. Bas relief. (D'après Jean Goujon). Paris, Eglise Saint Etienne du Mont.

 

Galerie des oeuvres

Musée du Louvre

Saint Jean. Jean Goujon.

Saint Luc. Jean Goujon.

Saint Marc. Jean Goujon.

Saint Mathieu. Jean Goujon.

Evangiles. Saint Jean.
Evangiles. Saint Luc.
Evangiles. Saint Marc.
Evangiles. Saint Mathieu.
Déploration. Jean Goujon.
 ymphe et Triton. Jean Goujon. Nymphe et Cheval marin. Jean Goujon.
Nymphe et Dragon marin. Jean Goujon.
La Déploration. Nymphes et Triton.
Nymphe et cheval marin.
Nymphe et dragon marin.


Fontaine Innocents. Jean Goujon.
André Blondel de Rocquencourt . Jean Goujon.
Fontaine des innocents. André Blondel de Rocquencourt.
Le Sacrificateur. Jean Goujon Zaleucus et son fils. Jean Goujon. La Charité romaine. Jean Goujon La Justice de Cambyse. Jean Goujon
Le Sacrificateur. Zaleuscus. La Charité romaine. La Justice de Cambyse.
L'aide du Sacrificateur et le fils de Zaleucus. Jean Goujon. Deux licteurs. Jean Goujon.
L'aide du Sacrificateur
et le fils de Zaleucus.

Deux licteurs.

Palais du Louvre



Science. Jean Goujon.
Archimède. Jean Goujon. Euclide. Jean Goujon.

L'Histoire et la Victoire. Jean Goujon.
La Science. Archimède. Euclide. L'Histoire et le Victoire.



Deux Victoires. Jean Goujon.
Mars. Jean Goujon. Bellone. Jean Goujon.

Guerre et la Paix. Jean Goujon.
Deux Victoires couronnant
le chiffre du roi.

Mars.

Bellone.

La Guerre et la Paix.




Paix. Jean Goujon.
Neptune. Jean Goujon. Cérès. Jean Goujon.

Renommée et Gloire du Roi. Jean Goujon.
La Paix.
Neptune.
Cérès.
La Renommée et la Gloire.
La Justice. Jean Goujon. La Piété. Jean Goujon.

La Justice. La Piété. .
France
Saison. Jean Goujon. Saison. Jean Goujon.



La Déposition de la Croix. Jean Goujon.


Tombeau de Louis Brézé. Jean Goujon.
Saison. Automne.
Paris, Musée Carnavalet.

Saison. Hiver.
Paris, Musée Carnavalet.

La Déposition de la Croix.
Paris, Eglise Saint
Etienne du Mont.
Monument funéraire de
Louis Brézé.

Rouen, Cathédrale.
Fontaine des innocents. Jean Goujon. Fontaine des innocents. Jean Goujon. Fontaine des innocents. Jean Goujon. Sacrificateurs. Jean Goujon.
Fontaine des Innocents.
Paris, Fontaine des
Innocents.

Fontaine des Innocents.
Paris, Fontaine des
Innocents.

Fontaine des Innocents.
Paris, Fontaine des
Innocents.

L'aide du Sacrificateur
et le fils de Zaleucus

Paris, Ecole des
Beaux-Arts
Charité romaine. Jean Goujon. La Justice de Cambyse. Jean Goujon. Sacrificateur. Jean Goujon. Le Fils de Zaleucus. Jean Goujon.
Charité romaine.
Paris, Ecole des
Beaux-Arts
La Justice de Cambyse.
Paris, Ecole des
Beaux-Arts
Sacrificateur.
Paris, Ecole des
Beaux-Arts
Le Fils de Zaleucus.
Paris, Ecole des
Beaux-Arts
Licteurs. Jean Goujon.
Deux Licteurs.
Paris, Ecole des
Beaux-Arts

































 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

RECHERCHE

AGRANDIR PHOTO

Agrandir_zoom.jpg

SITE ASSOCIE A WIKIPHIDIAS