Wikiphidias - L'Encyclopédie des sculpteurs français

La passion de la sculpture

Synthèse

Sculpteur français (né à Saint Etienne (Loire) le 30 juin 1796, décédé à Paris le 18 mars 1849), Moine commence par suivre les cours de peinture de Pierre Henri Revoil, à Lyon.

Marie Amélie. Antoine Marie Moine
Marie Amélie.
Musée Carnavalet.

Il entre en 1817, à l’Ecole des Beaux-arts de Paris et suit l’enseignement d’Anne Louis Girodet et du baron Gros.

Il mène de front une activité artistique en peinture et en sculpture. Pour son premier Salon en 1831, il envoie cinq sculptures et un tableau.

Par la suite il reçoit quelques commandes de l’Etat.

Il réalise des statuettes vendues par Susse qui ont un certain succès.

Il est l’auteur de Sully (Palais du Luxembourg), de la reine Marie Amélie (Musée Carnavalet), des Lutins en Voyage (Musée du Louvre) et d’un Triton-Néréide (Fontaine de la Place de la Concorde). .

Ne recevant plus de commande, dépressif, Moine se suicide en 1849.

Il est l’un des représentants du courant romantique.

 

Œuvres

Les lutins en voyage. Bas-relief en plâtre. Salon de 1831.

Chute d’un cavalier. Bas-relief en plâtre. Salon de 1831.

Femme du XVe siècle. Buste en plâtre. Salon de 1831.

Une jeune personne. Buste en plâtre. Salon de 1831.

Marie Amélie, reine des français. Buste en marbre. Paris, Musée Carnavalet. Salon de 1833.

Jean Goujon montrant sa Diane de Poitiers à Henri II – Léonard de Vinci peignant la Joconde en présence François 1er. Bas-reliefs. Salon de 1833.

Lutins en Voyage ou Combat de gnomes. Bas-relief en marbre. Musée du Louvre. 1835.

L’Ange du Jugement dernier. Statue en plâtre.Salon de 1836.

Bénitiers. Paris, Eglise de la Madeleine. 1836-1840.

Un Triton – Une Néréide. Statue en bronze. Paris, Fontaine de la Concorde. 1838.

La Malibran – Un Grenadier assis – Sonneur d’olifant – Femme au faucon –Bonaparte – Kléber – Don Quichotte – Sancho. Statuettes. (Exposées et vendues chez Susse). Blois (Loir et Cher), Musée du château (Sonneur d’olifant – Femme au faucon). 1839-1850.

La princesse Marie d’Orléans. Statuette.

Charles de Valois, comte d’Alençon. Buste en  plâtre. 1839.

Une vasque avec figures. Palais du Luxembourg. 1840.

Sully. Statue. Palais du Luxembourg.

Décoration de la Grande cheminée de la salle des Conférences. Paris, Palais Bourbon. 1844.

Michel Allier – Peyronnet. Statues. (Initialement pour l’ancien Hôtel de ville de Paris).

Fragonard. Buste en marbre. (Moine étant brutalement décédé, le buste fut exécuté en marbre par Pierre Désiré Tragin à partir du modèle de Moine). Musée du Louvre.

La Foi. Statue. Paris, Eglise Saint Pierre du Gros Caillou.

La Charité – L’Ange gardien – La Victoire – La Renommée. Statues en plâtre. Paris, Eglise Saint Pierre du Gros Caillou.

Saint Protais. Statue en pierre. Paris, Eglise Saint Gervais- Saint Protais. (Moine étant brutalement décédé, l’œuvre fut exécutée par Pierre Désiré Tragin, à partir du modèle de Moine). 1849.

 

Galerie des oeuvres


Marie Amélie. Antoine Marie Moine

Néréide. Antoine Marie Moine

Triton. Marie Antoine Moine.
Saint Protais. Antoine Marie Moine
Marie Amélie.
Musée Carnavalet.
Néréide.
Paris, Place de la
Concorde.
Triton.
Paris, Place de la
Concorde.
Saint Protais.
Paris, Eglise Saint Gervais -
Saint Protais
.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

RECHERCHE

AGRANDIR PHOTO

Agrandir_zoom.jpg

SITE ASSOCIE A WIKIPHIDIAS