Wikiphidias - L'Encyclopédie des sculpteurs français

La passion de la sculpture

Synthèse
Les oeuvres
Galerie des oeuvres






Synthèse

Sculpteur français (1809-1879), il essaie de rentrer à l’Ecole des Beaux-arts à plusieurs reprises sans succès. Cependant, il suit les cours de David d’Angers et d’Antoine Moine.

Marceau. Préault Antoine Auguste

Marceau.
Chartres.

Il est l’un des représentants les plus actifs du courant romantique. Il admire Duseigneur, sculpteur romantique aussi, auteur du très contesté Roland Furieux.

Il expose au Salon pour la première fois en 1830, à l’âge de vingt-cinq ans, deux œuvres contestée et qui font scandale : la Misère et la Famine.

Par la suite, il aura des rapports très difficiles avec le Jury du Salon. En 1834, il présente deux œuvres, la Tuerie et la Patrie. La Tuerie sera acceptée pour « effrayer le public » et l’informer sur les « désordre de l’école nouvelle ». La Patrie sera refusée. En 1835, deux œuvres sont refusées sur les quatre présentées (La Rivière des Amazones, La Reine de Saba, Ondine et le Désespoir, Don Galéa Sforza). En 1835, le Jury refuse son Charlemagne. En 1837, le Jury refuse un cadre de vingt-cinq portraits en médaillon. En 1840, le Christ et Flavia (anciennement appelée Reine de Saba) sont refusés. Son Christ est cependant installé dans l’église Saint Germain l’Auxerrois, à deux pas du Salon. L’ostracisme qui le touche durera jusqu’en 1848. En 1849, le Silence (médaillon exécutée pour la tombe de Jacob Robles) et la Douleur sont sélectionnés pour le Salon mais les œuvres anciennes, Ophélie et Flavia, jamais exposées, sont refusées.

Ce n’est qu’à partir de 1851 que Préault est enfin reconnu comme un grand sculpteur.

Son nom est connu mais son œuvre reste confidentielle.

Sans commande, il vit dans une presque misère et réalise des travaux de décoration, comme praticien auprès de sculpteurs connus.

Avec l’avènement du Second Empire, il reçoit de nombreuses commandes publiques : la Paix et la Guerre (Louvre), Général Marceau (Chartres), église Sainte Clotilde (Sainte Valère), église Saint Paul – Saint Louis, Château (Sainte Catherine), de Versailles (J Hardouin-Mansart, Le Nôtre), Jacques Coeur (Bourges), Dante et Virgile aux enfers.

Sculpteur romantique, hanté par la sculpture monumentale, il rêve de sculpter Vercingétorix sur la roche volcanique du Puy de Dôme, en Auvergne. Ses œuvres sont typiquement romantiques avec des visages tourmentés et déformés par la douleur, les cris et l’horreur, avec des muscles tendus à l’extrême. Théophile Gautier écrira que « Préault tient en sculpture, la place que tenait Delacroix en peinture, leurs talents ont beaucoup d’analogie. C’est la même passion exaltée, la même verve, la même furie d’exécution… les figures de Préault pleurent, sanglotent, hurlent, sourient, s’embrassent ou se déchirent avec une exubérance de sève inimaginable… »

 

Oeuvres

La Tuerie. Bas-relief en plâtre.  Musée des Beaux-arts de Chartres (Bronze d'après l'oeuvre en plâtre). 1834.

La Mendicité. 1830.

Deux Pauvres Femmes. 1830.

Le Paria. 1834.

La Rivière des Amazones. 1835.

La Reine de Saba (rebatisée Flavia). 1835.

Ondine et le désespoir. 1835.

Don Galéa Sforza. Buste. 1835.

Charlemagne. 1835.

Tête de vieillard. 1837.

Ophélie. Musée d’Orsay.1842.

Clémence Isaure. Paris, Jardin du Luxembourg. 1844.

Le Silence. Paris, Cimetière du Père Lachaise, tombe de Jacob Robles.

Christ. Plâtre. 1847. Bronze. 1850.

Nicolas Poussin. Buste en marbre. Amiens (Somme), Musée de Picardie. 1849.

Guerrier gaulois. Paris, Pont d’Iéna. 1849.

Lélia. Médaillon en bronze. Musée des Beaux-arts de Blois. 1850.

Monument au Général Marceau. Chartre. 1851.

Dante. Médaillon. Musée d’Orsay. 1852.

Virgile aux enfers. Musée d’Orsay. 1853.

Jules Hardouin-Mansart. Versailles. Plâtre, 1852. Marbre, 1855.

Les Arts. Paris, Palais du Louvre. 1857.

Chénier. Paris, Palais du Louvre. 1857.

La Paix. Paris, Palais du Louvre. 1857.

La Guerre. Paris, Palais du Louvre. 1857.

Le Nôtre. 1857.

Sainte Catherine. Paris, église Saint Paul – Saint Louis. 1861.

Le Soldat gaulois. Médaillon en plâtre façon bronze. Musée des Beaux-arts de Blois. 1862.

Eugène Delacroix. Médaillon en bronze. Musée du Louvre. 1864.

Saint Gervais. Paris église Saint Gervais - Saint Protais.

Paul Huet. Médaillon. Musée d’Orsay. 1869.

Vénus et le Sphinge. Plâtre, 1868. Bronze, 1870.

Jacques Cœur. Statue. Montpellier (Hérault), Musée Fabre (Plâtre). 1875.

 

Galerie des oeuvres


Dante. Antoine Auguste Préault.


Virgile. Antoine Auguste Préault.

Clémence Isaure. Antoine Préault.

Silence. Auguste Préault.
Dante.
Musée d'Orsay.
Virgile aux enfers.
Musée d'Orsay.
Clémence Isaure.
Musée du Louvre
Le Silence.
Musée du Louvre.

Delacroix. Auguste Préault.
La Guerre. Antoine Préault.
Arts. Antoine Préault.
La Paix. Antoine Préault.
Delacroix.
Musée du Louvre.
La Guerre.
Palais du Louvre.
Arts.
Palais du Louvre.
La Paix.
Palais du Louvre.
Chenier. Antoine Préault.

Arts. Antoine Préault.
Saint Gervais. Auguste Préault.
Isaure Clémence. Auguste Préault
Chénier.
Palais du Louvre.

Arts.
Palais du Louvre.

Saint Gervais.
Eglise Saint Gervais -
Saint Protais.
Clémence Isaure.
Jardin du Luxembourg.




Guerrier gaulois. Antoine Préault.


Marceau. Antoine Auguste Préault.
Sainte Valère. Antoine Auguste Préault.

Poussin. Antoine Auguste Préault.
Guerrier gaulois.
Paris, Pont d'Iéna.

Général Marceau.
Chartres.

Sainte Valère.
Paris, Eglise Sainte
Clotilde.

Nicolas Poussin.
Musée de Picardie.


Jacques Coeur. Antoine Auguste Préault.
Sainte Catherine. Antoine Auguste Préault.


La Tuerie. Antoine Auguste Préault.


Lélia. Antoine Auguste Préault.
Jacques Coeur.
Musée de Montpellier.
Sainte Catherine.
Paris, Eglise Saint Paul.
La Tuerie.
Musée de Chartres.
Lélia.
Musée de Blois.
Soldat gaulois. Antoine Auguste Préaut
Soldat gaulois.
Musée de Blois.


 

 

 

 

 

 

 

RECHERCHE

AGRANDIR PHOTO

Agrandir_zoom.jpg

SITE ASSOCIE A WIKIPHIDIAS